Qui n’a jamais, sous la douche ou au volant de sa voiture, poussé la chansonnette dans une langue étrangère ? Si l’exactitude grammaticale et la prononciation restent parfois approximatives, notre peur du ridicule ne fait en général pas le poids face à une musique entraînante. Et si on mettait les sonorités et le rythme d’une chanson au service de l’apprentissage des langues ? Nul besoin d’être un ténor : laissez-vous porter par la musique…

 

Les faits scientifiques

En 2013, des chercheuses de l’université d’Édimbourg publient les résultats d’une étude dans la célèbre revue Memory & Cognition. Le sujet ? L’impact du chant sur l’apprentissage d’une langue étrangère. Elles demandent alors à 3 groupes de 20 volontaires de mémoriser une série de mots en hongrois selon des méthodes bien distinctes. Au premier groupe il est demandé de répéter les mots oralement. Le deuxième groupe quant à lui doit en plus suivre un rythme imposé. Le troisième, enfin, reçoit pour instruction de chanter ces nouveaux mots. S’ensuit un test linguistique pour les participants à l’étude afin de déterminer lesquels ont retenu le plus de termes. Le constat est sans appel : les volontaires ayant eu recours au chant obtiennent de loin les meilleurs scores.

Une approche aux nombreux atouts

Interpelé(e) ? Et pourtant… Pensez aux enfants de maternelle, dont les premiers textes appris par cœur le sont souvent en musique. De même, combien d’entre nous n’ont-ils pas appris l’alphabet en chanson ? Cet incroyable potentiel de rétention qu’offre la musique, les publicitaires l’ont compris depuis longtemps. Aussi créent-ils des jingles, marquant nos esprits et nos mémoires. Si la musique favorise incontestablement le processus de mémorisation, elle présente également d’autres atouts non négligeables :

  • synonyme de légèreté, elle détend l’atmosphère, instaurant ainsi un climat propice à l’apprentissage ;
  • son format particulièrement court la rend plus maniable pour un cours de 50 minutes ;
  • omniprésente dans notre société, la musique est aussi très accessible (pas besoin d’équipement particulier pour écouter de la variété anglaise en dehors des murs scolaires) ;
  • en jouant sur les tendances du moment, une chanson bien choisie accroît l’intérêt des élèves ;
  • en plus d’offrir un large éventail de sonorités, d’accents, de rythmes… elle donne enfin la possibilité de mobiliser les profils d’apprenants plutôt kinesthésiques quand elle est associée à une petite chorégraphie*, par exemple.

 *Psst : rassurez-vous si vous n’êtes ni Justin Timberlake ni Madonna. Frapper dans les mains ou bouger en rythme suffit largement !

Concrètement, comment exploiter les chansons au cours d’anglais ?

L’envie de recourir à la musique vous titille, mais vous ne savez pas par quel bout le prendre ? Suivez ces quelques conseils pour un cours bien orchestré !

Une chanson, oui… mais laquelle ?

Avant tout, il faut choisir la chanson. Ce choix peut se faire de plusieurs façons : par exemple, en proposant un panel de chansons à vos élèves, qui élisent celle qu’ils souhaitent travailler par la suite.

Autre approche : leur demander de proposer eux-mêmes des chansons qu’ils apprécient et qu’ils soumettront après au vote du groupe.

Quelle que soit la chanson sélectionnée, il faudra bien évidemment qu’elle soit adaptée au niveau des élèves, en évitant par exemple le rap pour des débutants. Le rythme, les accents, les choix lexicaux… sont autant de facteurs à prendre en compte en fonction du public cible.

Une chanson, pour quoi ?

Une fois choisie, la chanson peut servir de porte d’entrée à une multitudes de points de matière et de compétences. Grammaire, syntaxe, lexicologie, prononciation… constituent autant de pépites linguistiques présentes dans toutes les œuvres musicales. Quant à leurs applications, elles sont légion. Florilège :

  • la formation du simple future avec le célébrissime titre de Gloria Gaynor, I Will Survive
  • la formation du present continuous avec Lemon Tree de Fools Garden

         

Parfois, un simple refrain ou extrait de chanson suffit à attirer l’attention des élèves sur les particularités de la langue de Shakespeare et les dangers d’une traduction trop littérale.

  • Ainsi, l’entêtante mélodie du titre I’m Singing in the Rain rappellera au locuteur francophone de ne pas traduire littéralement « sous la pluie » par « under the rain », mais bien « in the rain ».

Curieux/curieuse de découvrir d’autres exemples de thématiques grammaticales ou lexicales à aborder au détour de chansons ? Les liens ci-dessous vous donnent le la !

https://blog.assimil.com/top-10-des-chansons-pour-apprendre-langlais/

https://www.myconnecting.fr/formation/20-chansons-apprendre-anglais/

https://bilingueanglais.com/blog/2789/les-modaux-en-anglais/#Les_modaux_en_chanson

 

Une chanson, comment ?

La manière d’exploiter ensuite le support musical peut également varier : pourquoi ne pas demander aux élèves dans un premier temps de fredonner la chanson sans consulter le texte ? Ce faisant, ils travailleront la prononciation et la sonorité de la langue en tentant de mimer « à l’oreille » les fragments entendus, le tout sans se laisser influencer par la graphie des mots.

On peut dans un deuxième temps s’attarder davantage sur le texte en vue d’élargir le vocabulaire, analyser la syntaxe ou encore (re)voir certaines règles grammaticales. Ici aussi, exploitez la transcription en fonction du niveau des élèves : de la simple traduction de mots sélectionnés pour les débutants à la rédaction d’un couplet supplémentaire respectant le thème et le style de la chanson pour les plus avancés… The sky is the limit !

Enfin, pourquoi ne pas terminer le cours par un karaoké ou une activité de type « N’oubliez pas les paroles » ? Vous passez la chanson en appuyant sur « pause » à certains moments-clés. Seuls ou en groupe, les élèves sont amenés à activer leurs connaissances de manière ludique pour compléter les paroles, le tout en mobilisant les savoirs et savoir-faire qu’ils auront acquis durant le cours.

 

Prêt(e) à changer de disque ?

En plus de favoriser la mémorisation, la musique constitue donc une alternative ludique et accessible aux supports de cours plus classiques. On l’a vu, cet outil se veut extrêmement malléable en termes de thématiques linguistiques abordées, de registres et de niveaux de langues. Enfin, il ouvre la voie à une multitude d’exploitations possibles.

Alors, convaincu(e) par les atouts de la chanson dans l’apprentissage des langues ? Musique, maestro !

Retrouvez d’autres inspirations dans nos méthodes d’anglais !

Sources

https://polyglotclub.com/help/language-learning-tips/music-to-learn-languages/translate-french

https://learningenglish.voanews.com/a/brain-remembers-language-sing/2776476.html

https://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/chanter-pour-mieux-apprendre-une-langue-etrangere-2500/

https://cursus.edu/articles/35175/le-langage-une-melodie-qui-sacquiert-en-chantant

https://coursefinders.com/blog/fr/4785/francais-apprendre-une-langue-etrangere-en-chantant-ca-marche

Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Inscrivez-vous à notre Newsletter
ErrorHere